Utilisateurs connectés

Temos 196 visitantes e 0 membros em linha

1957 : Par l’Encyclique Fidei Donum le Pape Pie XII appelle les chrétiens à une mobilisation au service de l’expansion de la foi. Les moines répondent avec enthousiasme à cette demande.

1959 : Le Congrès des Abbés Bénédictins réunis à Rome propose la création d’un centre d’information et de coordination pour l’implantation monastique en pays de mission. Dom Benno Gut, Abbé Primat, encourage la création d’un Secrétariat. Dom Tholens, abbé de Slangenburg, Dom Guesquiere, Abbé de Zevenkerken à Bruges forment avec le P. Abbé de Floris un groupe d’étude du projet. Celui-ci s’installe à Vanves, au Prieuré Ste-Bathilde, pour créer avec Sœur Maur Esquerré de Rosny, Bénédictine de Vanves,  l’amorce de ce Secrétariat.

1961 : Le Père Abbé Primat érige officiellement le Secrétariat des missions qui s’intitule « Aide à l’Implantation Monastique » (AIM). Le projet est entériné à Ligugé à l’occasion des festivités en l’honneur de St Martin. Dom Sortais, Abbé Général des Cisterciens de la Stricte Observance, soutient le projet. Une association de droit français est créée le 15 décembre. Il s‘agit d’un support juridique du Secrétariat sous le contrôle d’un Conseil de gestion. Des dons sont recueillis en faveur des fondations africaines.

1962 : Le Synode des Abbés Présidents OSB entérine l’existence de l’AIM jusqu’au prochain Congrès des Abbés.

1964 : Une rencontre monastique panafricaine se déroule à Bouaké en Côte d’Ivoire.

1965 : L’édition d’un bulletin de liaison en  langue française est créée.

1966 : Le Congrès des Abbés approuve l’existence du Secrétariat de l’AIM créé pour l’Afrique et  étend son action à l’Amérique Latine et à l’Asie. L’année suivante, Sœur Pia Valeri, osb, remplace Sœur Maur Esquerré. Dom Paul Gordan, osb, Secrétaire général de la Confédération Bénédictine entre au Conseil de gestion de l’AIM. Les Cisterciens de la stricte observance sont aussi représentés par un délégué de leur Abbé Général.

1968 : Première rencontre monastique panasiatique à Bangkok (Thaïlande).

1969 : Le Bulletin de liaison paraît aussi en anglais. En France, des laïcs créent une association soutenant à son tour l’AIM : Amis des Monastères du Tiers-Monde (AMTM).

1972 : Une rencontre monastique latino-américaine se déroule à Rio de Janeiro (Brésil), suivie l’année suivante d’une seconde rencontre panasiatique à Bangalore, (Inde). Un secrétariat de l’AIM se crée aux USA.

1974 : L’AIM  développe son intérêt pour le Dialogue Interreligieux Monastique (DIM - MID).

1975 : Une seconde rencontre monastique latino-américaine a lieu à Bogota (Colombie).
1976 : L’AIM devient : « Aide Inter Monastères ».
1978 : aux USA et à Paris se déroulent des rencontres concernant le Dialogue Interreligieux Monastique.

1979-1980 : Successivement, deux rencontres monastiques internationales ont lieu, la première à Abidjan (Côte d’Ivoire), la seconde à Kandy (Sri-Lanka).

1982 : Le P. Marie-Bernard de Soos, Fondateur du Monastère de l’Ascension à Dzogbégan (Togo) remplace le P. Abbé de Floris, démissionnaire pour raison de santé. L’AIM est dotée d’un règlement intérieur confirmant son organisation, son but, ses activités et sa relation avec la Confédération Bénédictine et les Ordres Cisterciens. Le Bulletin de l’AIM paraît en langue espagnole.
1984 : Au Secrétariat de l’AIM, Sœur Thérèse Rodrigues, osb, succède à Soeur Pia Valeri et assurera ce service jusqu’en 1993,  Soeur Alma Pedri, osb prenant alors la relève jusqu’en 1996. Après un interim assuré par Sœur Véronique Dupont, osb,  une laïque, Mme Françoise Mazzoni, puis un autre laïc, Monsieur Jean-Jacques Mansion seront embauchés jusqu’à l’arrivée de Sr Gisela Happ, osb, en 2001.

1994 : Le Dialogue Interreligieux Monastique se constitue en organisme autonome. Le P. Pierre de Béthune, osb, en est le Secrétaire Général, assurant ce service jusqu’en 2007.  A cette date, le P. William Skudlarek, osb, lui succède. Un lien se maintient entre l’AIM et le DIM-MID, dans les publications et l’invitation réciproque aux réunions annuelles.

1997 : Après la démission du P. Marie-Bernard de Soos, le nouvel Abbé Primat, Marcel Rooney, entouré de quelques membres, restructure l’AIM pour mieux l’adapter et l’affirmer dans son service international. Le P. Martin Neyt, osb, devient le président de l’AIM et rend compte de ses activités à un Conseil qui se réunit une fois par an. Quelques membres représentatifs des Ordres forment un Comité exécutif qui suit les activités internationales et se réunit deux fois par an, spécialement pour l’attribution des fonds. Le P. Jacques Côté, osb, est nommé Secrétaire Général et réside à Rome. L’AIM devient « Alliance Inter Monastères ». Les échanges réciproques entre les Continents s’accentuent.

2001 : Soeur Gisela Happ, osb, entre au Secrétariat de l’AIM à Vanves. Elle en deviendra un an plus tard la Secrétaire Générale. Vanves s’inscrit définitivement comme le Centre international de l’AIM, hébergé par le Prieuré Sainte-Bathilde. Quelques années plus tard, elle sera secondée par sœur Marie-Placide Dolorès, osb (Congrégation de Cogon, Philippines).

2004 : Un nouveau règlement intérieur confirme la réforme des structures mises en place en 1997.

2006 : L’AIM crée un studium à Vanves dans des locaux du Prieuré Ste-Bathilde : le Centre Jean XXIII, pour accueillir de jeunes moniales d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie venant étudier à Paris.

2007 : Le Bulletin de l’AIM paraît en langue portugaise au Brésil.

2013 : Dom Jean-Pierre Longeat, abbé émérite de l'abbaye de Ligugé (France), devient président de l'AIM.

2016 : Le Bulletin de l'AIM paraît en langue allemande. Au mois de juin de cette même année, le studium Jean XXIII, abrité dans les bâtiments du prieuré Sainte-Bathilde et géré par l'AIM, est fermé.

2017 : Sœur Christine Conrath, osb, devient secrétaire de l'AIM.

L’AIM est au service du lien entre les communautés de la famille bénédictine, avec une attention particulière aux jeunes fondations monastiques des cinquantes dernières années. On observe une croissance annuelle de 3 à 4 nouvelles communautés, toutefois, le nombre de moniales et de moines dans beaucoup de grandes communautés diminue.