Les cisterciens et la formation

Sœur M.-Teresa Alía Fuentes, OCist, Espagne

Les cisterciens et la formation monastique

“ ... Que le Christ soit formé en vous” (Ga 4, 19)

 

coursLa formation, tant pour les instituts de vie apostolique que pour ceux de vie contemplative, est une exigence intrinsèque à la consécration religieuse. Depuis longtemps déjà, les communautés monastiques cisterciennes sont convaincues de la nécessité d’une formation : un parcours continu de formation monastique. A ce propos, il est significatif que cette année, les deux cours de formation monastique se soient déroulés l’un après l’autre au Collège International Saint-Bernard-in-Urbe de l’Ordre Cistercien : le Cours de formation monastique (du 21 août au 23 septembre), et le Cours pour les nouveaux supérieurs (du 25 septembre au 1er octobre).

Le cours triennal de formation monastique (CFM) est destiné à tous les moines et moniales cisterciens qui sont en période de formation, et à tous les autres moines ou moniales, cisterciens ou bénédictins, qui désirent approfondir leur formation permanente, et à tous les amis qui s'intéressent au patrimoine culturel et spirituel cistercien. Depuis 2007, avec l'accord entre le Collège Saint-Bernard-in-Urbe et l’Athénée Pontifical Saint-Anselme, le CFM est placé sous le patronage de cette Université Pontificale. Le CFM est consacré à l'étude des sources et de la tradition monastique, aux connaissances patristiques et liturgiques, aux connaissances de spiritualité propres à l’idéal et au patrimoine culturel monastique, au contact avec les sciences humaines, la psychologie, l'anthropologie, et surtout à une solide connaissance de l'Ecriture Sainte et la théologie monastique. Cette année, concrètement, les étudiants approfondissent : les fondements bibliques de la vie religieuse, les sources de la spiritualité monastique des Pères de la Cappadoce, saint Jean Chrysostome, la théologie de saint Grégoire, l'histoire de la réforme liturgique de Vatican II, la liturgie et le rituel cistercien, la théologie monastique, l'histoire contemporaine du monachisme occidental, l'introduction à la Regula Benedicti et certains de ses thèmes, le droit religieux, la psychologie de la formation et la culture humaniste. Avec des mises à jour continues, le CFM cherche sans cesse un authentique état de formation qui soit adapté aux exigences des signes des temps, car la rapide évolution scientifique et culturelle oblige les moines à approfondir leurs racines traditionnelles pour s'ouvrir aux exigences suscitées par l'Esprit de vérité.

La formation sous-entend la racine, la possibilité d'une μεταμόρφωσις de l’être humain capable par nature de se transformer en tendant vers la vérité, la liberté du cœur, vers la plénitude féconde de l'être tout entier, vers la maturité en Christ. Gardant à l'esprit la pédagogie du Seigneur et la tradition théologique de l'Eglise, la formation n'appartient pas à une période donnée de la vie. La formation est un devenir, un dynamisme, une métamorphose continue, une recherche continue : « Si revera Deum quaerit » à la suite du Christ et au service de la mission de l'église. C’est pourquoi, après le CFM pour les jeunes, l'Ordre organise pour la première fois un cours pour les nouveaux supérieurs. Ceux-ci sont appelés à réaliser dans leur communauté l'image du Christ Bon Pasteur, Maître de sagesse, Serviteur doux et humble. A partir de là, ce cours comprend des conférences sur des thèmes choisis: figure du supérieur dans le patrimoine cistercien, service abbatial et animation communautaire, le rôle et la fraternité des supérieurs dans la communion et la diversité de l'Ordre, corpus législatif, visite régulière et paternité immédiate, formation continue, administration des biens, problématiques variées et soin de soi-même. Outre les conférences, il y a les discussions en groupes linguistiques et les échanges avec des témoignages sur les différentes situations. Se former, s’informer, se réformer sera un objectif important du cours.

liturgieDe fait, ces deux temps de formation visent un seul but, un unique modèle de formation : Jésus-Christ. Le Christ est « forme » et modèle de la formation monastique. La formation n’est autre que la formation christique, la transformation progressive pour se conformer à la parfaite ressemblance avec le Christ dans la vivification de l’Esprit : « Mes petits enfants, dit saint Paul,  pour qui je souffre à nouveau les douleurs de l’enfantement, jusqu’à ce que le Christ soit formé en vous » (Ga 4, 19). Et le Saint-Esprit modèle et forme l'être humain pour le rendre plus semblable au Christ. L'Esprit Saint nous rassemble dans l’union fraternelle dans la famille du Père. Par conséquent, dans la formation monastique, explique Don Mauro Giuseppe Lepori, « il ne s’agit pas de former seulement l’intelligence ou les capacités pratiques, et pas non plus seulement la vie spirituelle. Il s’agit de faire une expérience qui permette de réaliser combien la fraternité en soi et l’amitié sont instrument et moyen de formation véritable et intégrale. Parce que la Vérité que nous cherchons coïncide avec l’Amour, et l’Esprit Saint nous révèle en Lui-même que la vraie Sagesse est Communion » (Lettre de l’Abbé Général du 22 février 2001). Une formation monastique authentique est une prémisse et une promesse de communion sapientielle avec les autres, dans le Christ, en son Eglise.

Expériences et témoignages

Le CFM est le résultat de l’« Ecoute » dont parle saint Benoît dans le prologue de la Règle, et de quelqu'un qui a mis en pratique ce que l'Esprit Saint lui avait inspiré. Nous pouvons dire qu’ils font déjà partie du patrimoine de l'Ordre. Nous étudiants arrivons là avec un cœur ouvert, prêt à apprendre, ouvert à tous, comme des éponges prêtes à absorber toute la richesse de la connaissance sur les sujets qui nous sont enseignés, tous plus intéressantes les unes que les autres, qui nous aident à connaître et à approfondir notre vie, dans la tradition monastique à laquelle nous appartenons. Et nous ne pouvons pas oublier qu’il y a aussi la vie partagée avec les moines et moniales de différents pays, cultures et traditions. Nous partageons et sommes enrichis par les contributions de tous. Je remercie l'Abbé Général émérite Dom Mauro Esteva, et tous ceux qui ont pris part à ce projet, qui est devenu une réalité au fil des ans, poursuivi aujourd'hui avec grand enthousiasme par l'Abbé Général Dom Mauro Giuseppe Lepori.

 

Témoignages

cours2Pour moi, ce cours est d'une immense valeur, parce qu’au Brésil il n'est pas très facile de trouver un cours de formation adressé précisément à la vie monastique. Ma communauté est relativement jeune (12 ans de fondation), et nous rencontrons beaucoup de difficultés pour la formation de ceux qui viennent pour vivre la vie monastique. Je suis plein de gratitude envers Dieu, envers ceux qui ont conçu et ceux qui continuent à travailler à la mise en œuvre de ce service à la vie monastique et à l'Eglise. J’ai pleine conscience de la valeur inestimable de ce projet pour ma vie et ma communauté et j'espère avec la grâce de Dieu pouvoir redonner à ma communauté et à l'Eglise tout ce que j’ai pu recueillir comme fruits d'une telle grâce.
Dom Martinho, OSB - Mosteiro da Transfiguração, Brasil

Je suis heureuse de participer à ce cours de formation monastique. C'est une richesse que nous avons reçu et nous nous sentons responsables d'approfondir nos racines, les fondements de la vie monastique et également de notre existence, parce qu’on y reçoit en même temps une formation qui part de nos structures humaines. Il est important de dire qu'entre nous nous faisons l'expérience de la diversité qui reflète le visage d'un Dieu Amour qui nous appelle à vivre dans l'unité dans la diversité des dons et des charismes. Je remercie l'AIM pour le don reçu [NdR d’une bourse d’étude] et la grâce de pouvoir grandir ensemble dans la recherche de Dieu et dans la communion fraternelle.
Irmã Maria Gabriela Fernandes, OSB - Mosteiro Água-viva, Amazonas-Brasil

Comme j’habite à Rome depuis trois ans et suis étudiant en deuxième cycle de théologie, la vie de moine-étudiant à la Maison généralice ne me surprend pas comme cela peut être le cas pour certains autres membres du cours de formation monastique. Un fruit qu’on cueille tout de suite est la possibilité sans prix de rencontrer d’autres cisterciens, important surtout pour nous qui venons de pays éloignés de l'Europe. Comme je suis jeune, il a été important pour moi de voir un peu les préoccupations des autres, des enseignants cisterciens et non-cisterciens, des responsables du programme : quel est l'avenir que nous voulons, que nous espérons trouver ensemble, une fois que nous aurons quitté Rome ? Je dirais que le rythme intensif du cours pose un problème. La vie monastique est intensive, en un sens, mais dans un autre sens, elle ne l'est pas du tout : l'effort monastique englobe toute la vie, si bien qu’il y a beaucoup à faire, certes, mais nous avons aussi tout le temps qu’il faut. Pour cette raison, le cours peut être difficile. Mais peut-être la leçon la plus importante est d’apporter à nos communautés non un activisme empressée d'étudiant trop occupé, mais le désir intense de comprendre notre vie et de la transmettre.
P. Stefen Charles Gregg, OCist, USA

Le cours de cinq semaines sur la formation monastique à Rome a été rempli par d’excellents cours, d'intéressantes excursions et des rencontres internationales. Les cours, qui ont couvert un large éventail de sujets, ont été constamment d’un niveau élevé et ont transmis aux participants des éléments essentiels pour leur vie monastique. Les excursions ont conduit dans la ville de Rome, ainsi qu'à Monte Cassino, Fossanova et Casamari. Elles ont approfondi la compréhension de l'art, de la culture et de l'histoire. En plus de ces aspects scientifiques, il faut souligner en particulier la possibilité des échanges personnels avec les frères et sœurs de tous les continents. À la fin du cours, tous les participants sont retournés enrichis et renforcés dans leur communauté.
S. Pauline Klimach, OCist, Allemagne

L'expérience de participer à la formation monastique est vraiment magnifique ! Approfondir les principaux aspects de la vie monastique comme l'Ecriture Sainte, la liturgie, la Règle de saint Benoît, notre histoire et nos origines, les Pères et leurs enseignements, joint à la vie communautaire vécue dans une atmosphère de vraie fraternité, avec des moniales et moines de nombreuses parties du monde, nous ouvre l'horizon et nous conduit à une plus profonde conscience de l'importance de vivre et de se donner totalement à Dieu et à nos frères. Il ne me reste qu’à dire merci de tout cœur à tous ceux qui font de ce projet divin une réalité !
S. Aline P. Ghammachi, OCist, Italie

visite« Oui, il est bon, il est doux pour des frères de vivre ensemble et d'être unis ! » (Ps 132, 1)
Du 22 août au 24 septembre 2011 s’est tenu à la maison générale de l’ordre cistercien le cours annuel de formation monastique qui a connu la participation d’un grand nombre de jeunes qui ont décidé de donner totalement leur vie au Seigneur dans l’observance de l’Evangile et de la règle de saint Benoit. Pour beaucoup d’entre nous cette année était la première participation et c’était très intéressant de constater comment cette jeunesse malgré tout ce que le monde peut leur offrir ont décidé de renoncer à tout pour suivre le Christ de plus près, car rien ne vaut l’expérience vécue. Pour moi aussi, c’était ma première participation à ce cours de formation et comme témoin oculaire je peux avouer que c’est une très bonne initiative et je bénis le Seigneur d’avoir inspiré les supérieurs à organiser périodiquement ces séances de formation. Car nous sommes formés non seulement au niveau spirituel mais aussi intellectuellement et humainement. Et je souhaiterais qu’au moins toutes les communautés de l’ordre puissent envoyer quelques-uns de leurs membres à ces moments de formation et de partage fraternel.
Fr. Michele Doussou, OCist, Italie

Le cours monastique a eu lieu dans une ambiance merveilleuse, où j'ai eu l'occasion de connaître mes frères de l'Ordre et plusieurs Congrégations de l'Ordre. Il y avait une très belle relation de prière et de partage personnel avec d’autres moniales et moines, au cours j'ai appris de nouvelles choses, par exemple la vie commune, le fait d'être présents ensemble à la prière et à chaque acte communautaire, ce qui a été indispensable à ma croissance, la vaste information sur la vie monastique qui est donnée par les professeurs, et c’est pourquoi je dis et je pense que [ce cours] est la chose la plus importante pour connaître vraiment l'Ordre cistercien. Les cours de psychologie et de droit canon ont été un enrichissement pour chacun des moines en formation, très bel accueil de la part de la maison généralice et des organisateurs.
Fr. Roberto Sanchez Torres, ocist, Italie

Les expériences du CFM à Rome sont pour moi comme un nouveau commencement. Les rencontres avec les différents participants du monde entier ont causé un enchevêtrement de langues, cependant, pour la plupart, nous nous comprenions. Après 25 ans de vie dans un monastère du tiers monde, la participation à ce cours marque comme une nouvelle direction dans ma vie. Ce n'était pas facile de quitter ce que je connais et que je vis pour m’ouvrir à quelque chose de nouveau, dont je ne sais pas où cela va me conduire. Le soutien de ma Prieure, un peu de confiance et de courage m’ont permis de dire un nouveau « Oui ».
Mes connaissances en informatique n'étaient pas des meilleures pour rédiger des examens ou télécharger des informations depuis Internet. C’est une bonne chose d’être ainsi confronté aux nouvelles technologies et d’acquérir ainsi une meilleure compréhension de la nouvelle génération au dedans et en dehors du monastère. Une autre exigence était également la chaleur. Comme l’Altiplano de Bolivie ne m’a habituée ni à des températures autour de 30° C, ni à vivre au niveau de la mer, il a fallu que je m’adapte à ce climat. Tous ces efforts ont été récompensés, à travers un corps enseignant européen de première classe. Corps, esprit et âme ont été comblés par un savoir contagieux qui générait joie et goût pour l'étude. Expériences, rencontres et entretiens ont été un enrichissement spirituel pour chacun. À partir de tout cela, nous pouvons une nouvelle fois nous demander : « Qu'est-ce qui est saint pour nous » ? Et « quel est notre centre » ?
Nous avons vraiment une raison de rendre grâce chaque jour pour notre appartenance à un Ordre monastique qui nous permet de reconnaître notre identité, de la renforcer et de la transmettre aux autres.
M. Asunta Steinberger, OCist - Monasterio Ave María, La Paz, Bolivia