Nouvelles du Brésil

RENOUVEAU DE LA VIE MONASTIQUE AU MONASTERE D’ASEBAKKEN

Le 8 décembre 2009, cinq moniales bénédictines de l’Abbaye de Campos do Jordão (Brésil) ont recommencé la vie monastique au Prieuré Notre-Dame d’Asebakken – en danois : « Vor Frue Kloster » - à 25 km au nord de Copenhague (Danemark).

Ce premier monastère de moniales contemplatives catholiques au Danemark après la Réforme protestante, a été fondé en 1914 par des moniales de l’Adoration Perpétuelle en provenance du monastère d’Innsbruck (Autriche). En 1936, avec l’aide de quelques moniales venues de l’abbaye de Frauenchiemsee (Allemagne), la communauté est devenue bénédictine et en 1942 a déménagé à Asebakken. En 1948, cinq moniales danoises et suédoises sont parties au Brésil, invitées par l’Archevêque d’Uberaba, où elles ont fondé un monastère qui est devenu l’abbaye de Nossa Senhora da Glória ; cette abbaye, à son tour, a fondé en 1964, l’abbaye de São João, à Campos do Jordão, l’une et l’autre appartenant à la Congrégation Brésilienne. En 1988, le Prieuré Conventuel d’Asebakken a été incorporé à la Congrégation de Beuron.
 
bresil

Depuis 2006, trois moniales de Campos do Jordão, invitées par la Prieure d’Asebakken, s’y étaient déjà rendues afin d’apporter un soutien fraternel aux trois dernières moniales danoises très avancées en âge. A cause du manque de vocations et sans regarder nettement les perspectives d’avenir, en décembre 2008, le Père Abbé Albert Schmidt, osb, Président de la Congrégation de Beuron, a écrit à Mère Myriam de Castro, osb, Abbesse de Campos do Jordão, pour exposer la situation d’Asebakken et lui demander quelles seraient les possibilités d’un envoi de moniales brésiliennes afin d’y reprendre la vie monastique presque mourante. Dans le but de faire revivre la seule communauté bénédictine au Danemark – il y a aussi une abbaye de moniales cisterciennes très fleurissante, à Sostrup – la communauté jordanienne a très volontiers et avec joie accepté de rendre ce service à leurs sœurs danoises. En juillet 2009, le P. Abbé Albert est venu à Campos do Jordão pour régler avec Mère Abbesse Myriam les conditions dans lesquelles cette aide pourrait se réaliser.

Pour des raisons pratiques, Mère Tyra Antonia Andersen, osb, Abbesse de Mariavall, à Tomelilla (Suède), même en demeurant Abbesse de son monastère, a été nommée Prieure d’Asebakken pour un mandat de trois ans, aidée par une sous-prieure brésilienne. Les cinq moniales brésiliennes poursuivent sa période d’adaptation et de connaissance de l’histoire et de la culture danoises, aussi bien que de la langue du pays.

Le monastère est un lieu de pèlerinage marial national, car dans son église conventuelle est vénérée la statue de Notre-Dame d’Asebakken, patronne du Danemark.


DEUX MOINES NOMMES ARCHEVEQUES AU BRESIL
 
domoraniLe 27 février 2009, le Saint-Père Benoît XVI a nommé Mgr Orani João Tempesta, O. Cist., Archevêque Métropolitain de Rio de Janeiro.
Né à São José do Rio Pardo, il a fait sa profession monastique à l’Abbaye de Nossa Senhora de São Bernardo, dans sa ville natale, et a été son premier Abbé. Ordonné Evêque le 25 avril 1997 pour le Diocèse de São José do Rio Preto, en octobre de 2004 il a été promu Archevêque Métropolitain de Belém do Pará, charge qu’il a exercée jusqu’à son nouveau transfert. Le 19 avril 2009, dimanche de la Divine Miséricorde, il a été installé dans la cathédrale de Saint-Sébastien de Rio de Janeiro.


 
 
mgrsaburidoLe 1er juillet de cette année, Mgr Antônio Fernando Saburido, osb, a été nommé Archevêque Métropolitain d’Olinda et Recife.
Né à Cabo de Santo Agostinho, village tout près de Recife, il est entré à l’abbaye de São Bento, à Olinda, y a fait sa profession bénédictine et a reçu l’ordination sacerdotale de son illustre prédécesseur Mgr Hélder Câmara, alors Archevêque. Ordonné Evêque Auxiliaire pour l’Archidiocèse d’Olinda et Recife le 20 août 2000, il a été transféré au diocèse de Sobral en mai de 2005 où il est resté jusqu’à son récent transfert. Le dimanche 16 août 2009, il a été installé dans l’ancienne co-cathédrale de la Madre de Deus, à Recife.