Haïti

HAITI AU COEUR DU SEISME
 
Extrait d’un mail du Père Jean-Michel, Abbé de Landevennec. Il était en visite pastorale au Morne Saint Benoît en Haïti au moment du séisme. C’est un témoignage contemporain de l’événement.
 
 
 
Haïti, 16 janvier 2010
 
 
Pour l’instant tout va bien pour nous au Morne Saint-Benoît. La secousse de mardi après-midi a été violente mais nous n’avons eu aucun dégât matériel ici. Très vite nous avons compris que la situation serait dramatique à Port-au-Prince. Les jeunes frères Haïtiens étaient très inquiets pour leurs familles. Ce vendredi ils sont retournés chacun dans sa famille. Nous vivons des heures où les gens veulent se retrouver avec leurs proches pour se soutenir mutuellement. Mercredi soir nous avons rencontré des témoins du tremblement de terre et appris par eux la mort de nombreux amis religieux et religieuses de la communauté. L’archevêque de Port-au-Prince Mgr Serge Miot est compté parmi les morts. J’y vois le signe d’une Eglise qui accompagne son peuple dans ses détresses. Au Morne Saint-Benoît, nous avons pris des dispositions pour accueillir des personnes : hier est arrivé un groupe de religieux rédemptoristes. Ils ont le visage marqué par ce qu’ils ont vu et vécu. L’un a vu mourir sa mère et sa sœur, ils ont perdu nombre de leurs compagnons d’étude. Le centre de formation théologique des religieux ayant été détruit.
 
Les bâtiments de nombreuses communautés sont à terre aussi. Aujourd’hui nous arrive un groupe d’une quinzaine d’enfants des rues que frère Jacques et frère Pierre sont allés chercher à Port-au-Prince. Ils ont pu entrer dans la ville sans difficulté ce matin, prendre les enfants et leurs accompagnateurs et rentrer.
 
Il nous semble que n’avons pas d’autre mission actuellement dans un tel chaos que d’assurer l’accueil qui pourra nous être demandé. La ville est détruite, ses institutions aussi, et l’aide internationale tarde à venir sur le terrain, si bien que les blessés meurent faute de soins et ceux qui sont sous les décombres seront ou sont déjà morts avant que d’éventuels secours efficaces leur parviennent.
 
Les frères Jacques (Prieur), Anselme et Michel de la Pierre-qui-Vire vont bien. Père Abbé Jacques de Belloc aussi. Mais, bien sûr, on avance au jour le jour. Merci pour la prière de toutes les communautés de notre famille Subiaco. Le peuple Haïtien et l’Eglise de Haïti souffrent et ont besoin de notre aide. Ils nous donnent aussi une leçon de courage devant la mort et d’espérance pour la suite.