Frère BernardJe m'appelle Bernard TRAN HONG NHO, j’appartiens à la Congrégation de la Sainte Famille Cistercienne, du monastère Notre-Dame de Phuoc Son au Vietnam. Un an après mes vœux perpétuels, j'ai reçu la mission de faire des études en France avec le projet d'obtenir la maîtrise de liturgie. Le 28 avril 2006, pour la première fois je mettais les pieds en Europe, et donc en France. Actuellement je suis en 3e année du 1er cycle de Théologie qui compte 4 années. Ensuite je ferai le deuxième cycle qui dure 2 ans pour obtenir la maîtrise.
 
 
Voici l'histoire de mon monastère :
 
. C'est dans une région de Quang Tri au centre du Vietnam qu'a lieu en 1918, la première fondation cistercienne par le Père Denis, un français, prêtre des Missions Étrangères de Paris. Ce premier monastère s'appelle «  Phuoc Son » (la montagne du bonheur).
Le Père Denis naît en 1880 à Boulogne-sur-Mer. Il arrive au Vietnam le 29 avril 1903 après avoir reçu l'ordre de partir en mission, ordonné prêtre depuis un mois.
Durant les quinze années au cours desquelles il proclame la bonne nouvelle dans un pays différent du sien par la culture et la langue, le Père Denis nourrit dans son cœur l'idée de fonder un monastère au bénéfice des Vietnamiens pour accueillir des hommes pauvres, simples, qui ont le désir de suivre la vie monastique. En effet, il dit : « Il y a en Indochine beaucoup de Couvents pour les femmes mais pas un seul monastère pour les hommes ». Il demande à son évêque, la permission de réunir quelques jeunes gens et de vivre avec eux selon la règle de St Benoît, mais l'évêque conseille de faire appel aux Trappistes. Le père Denis écrit donc à des Abbés de France, d'Italie puis aux Chartreux et aux Bénédictins, mais il ne reçoit aucune réponse satisfaisante.
Face à cette situation quasi désespérée, le Père Denis continue pourtant à se préparer à sa future fondation. Il prie, beaucoup, quelquefois très longuement devant le Saint Sacrement.
Le 14 août 1918, avec l'autorisation de son évêque, il part en compagnie de son unique disciple, un laïc Vietnamien, avec des bagages très simples : un coq pour connaître l'heure et quelques affaires indispensables, et s'établit sur un terrain qui s'appelle « Phuoc Son » offert par un croyant de la région. Il choisit le lendemain, fête de l'Assomption de Notre-Dame, pour célébrer une première messe dans ce lieu, et signer la naissance de sa nouvelle fondation qui porte le nom de « Notre Dame de Phuoc Son » (la montagne du bonheur) avec pour mission de « prier pour des incroyants ».
 
Malgré les difficultés, la jeune communauté, qui s'est très rapidement développée sous la conduite du père Denis, est d'abord érigée sous le nom de Congrégation de la Sainte Famille par l'évêque de Hue. Elle demande ensuite son affiliation à l'ordre de Cîteaux. Le 25 juillet 1933 le Père Denis meurt avant de voir l'aboutissement de cette demande d'affiliation. Deux ans plus tard, le monastère N. D de Phuoc Son est officiellement affilié à l'Ordre Cistercien de la Commune Observance.
 
. Au moment du changement de régime en 1945, le monastère de Phuoc Son a dû se déplacer à Thủ Đức, sur le territoire de l'actuel diocèse de SAI GON.
En 1978, les bâtiments sont entre guillemet « empruntés » par le gouvernement, deux religieux sont emprisonnés et les autres, au nombre d'une centaine, sont dispersés. Ils se divisent alors en petits groupes et s'établissent en diverses régions du Vietnam.
 
. En 1987, avec la mise en œuvre de la nouvelle politique, la situation des communautés change quelque peu. Elles se font peu à peu reconnaître légalement et s'efforcent de s'organiser en abbayes et de recruter de nouveaux membres.
 
. On peut dire que la dramatique dispersion du monastère d'origine se révèle une chance puisqu'elle va permettre d'implanter la vie contemplative dans le pays tout entier et d'assurer le développement de la Congrégation. En effet, l'ancien monastère n'existe plus, mais désormais onze nouvelles abbayes de moines et de moniales sont édifiées.
. Actuellement, la Congrégation de la Sainte Famille se compose de onze monastères : 9 de moines et 2 de moniales, représentant huit cents membres. La communauté la plus nombreuse est à l'abbaye de Notre Dame de Phuoc Son (la maison mère), située au Sud, à 100 km de Sai Gon. Elle comprend 150 moines, dont 19 prêtres et 131 frères profès, auxquels il faut ajouter 24 novices, 12 postulants et 8 aspirants.
 
. Du fait de l’expansion de la Congrégation, les communautés connaissent certaines difficultés sur le plan économique et pour la formation des jeunes moines.
- En matière de ressources, les moines travaillent dans les champs pour cultiver du riz et font de l'élevage (poissons, cochons, vaches etc.). Malgré leurs efforts, ces communautés connaissent des situations matérielles difficultés. Elles doivent souvent faire appel à des aides extérieurs pour tenir bon.
- En matière de formation, nous essayons de créer des écoles de philosophie et de théologie pour former des jeunes moines dans le monastère même (avant, on devait envoyer les moines hors du monastère pour de telles études). Mais nous manquons d’enseignants et de formateurs pour pourvoir assurer l’accompagnement spirituel des jeunes moines. Grâce à vous, AIM et AMTM, nos communautés ont des frères et des sœurs qui font leurs études de philosophie et de théologie dans des Instituts en Europe et nous espérons que ces formations pourront se poursuivre.
Notre avenir, c’est la Providence divine. Nous confions nos communautés et notre Congrégation à l’Amour et à la Puissance du Seigneur toujours attentif aux prières et aux supplications. Pendant toute sa vie, notre Fondateur, le père Denis a montré envers Dieu et la Vierge Marie une confiance sans faille qui doit demeurer pour nous le modèle à suivre ; car nous sommes appelés à vivre intensément cette confiance, comme lui-même, dans toutes nos difficultés.