Activités AIM 2008



RAPPORT DES ACTIVITÉS DE L'AIM 2008
Congrès des Abbés 17 - 28 septembre


Il y a quatre ans, l'Alliance Inter Monastères présentait son rapport dans le cadre de la mondialisation, thème choisi par le Congrès. Cette année, l'Équipe internationale de l'AIM a préparé un dossier important que vous avez tous reçu. Ce dossier se présente comme un signe de communion avec vous, répondant à une série de questions que vous vous posez sur notre travail. Car la toute première question est bien celle-ci :
Connaissez-vous l'AIM ? Avez-vous déjà entendu parler de l’AIM ? Votre communauté nous connaît-elle ? Le questionnaire qui vous est remis pose quelques questions simples. Nous vous serions reconnaissants de le remplir dès aujourd'hui et de le remettre au Secrétariat ou à un membre de l'AIM.
Je reviens au dossier qui vous a été remis : dans ce dossier vous trouverez quelques réponses fondamentales sur trois volets :
- Quels sont les buts de l'AIM, Comment fonctionne-t-il ? Comment est-il organisé ?
- Le 2ème volet concerne les finances : Où trouve-t-elle les fonds ? Comment sont-ils distribués ? Comment sont-ils répartis ? 
- Le 3ème volet développe nos activités en nos projets : La place du Bulletin, du Site internet, les nouvelles fondations soutenues comme celle du Tchad à Moundou, Le Studium pour les moniales et les sœurs qui étudient à Paris et d'autres points encore. Vous trouverez donc des éléments de réponse dans ce dossier.

Dans les 15 minutes accordées à l'AIM, je mettrai en évidence quelques exemples significatifs du travail réalisé ces dernières années. Ils vous permettront de mieux comprendre l'étendue et la diversité de nos activités. L'AIM est fragile, avec une volonté d'aller jusqu'au bout de ce qui est demandé, œuvrant en synergie avec d'autres personnes et d'autres institutions. Voici donc des exemples de nos activités en commençant par la formation.

1. FORMATION

1 Programme monastique international pour les formateurs donné à Rome

L'initiative part de deux moines : le P. Mark Butlin, osb, de l'abbaye d'Ampleforth qui travaille à l'AIM depuis de nombreuses années et du P. Brendan Thomas, osb, de l'Abbaye de Belmont. Grâce à la générosité de leurs Abbés, ils ont pu lancer ce programme monastique et depuis 2002, six semaines de formation à Rome ont attiré 170 moines, moniales et sœurs bénédictins et cisterciens, venus de plus de 24 pays d'Amérique latine, d'Asie, d'Afrique, d'Océanie et aussi d'Europe et des États-Unis. L'AIM s'y révèle comme un partenaire pour toutes les branches des Ordres monastiques, hommes et femmes.

2. En Afrique de l'Ouest

Parmi les formations données- vous les trouverez dans votre dossier - un moine de l'abbaye d'En-Calcat, le P. Jean-Luc Molinier, osb, qui fut membre de l'équipe internationale de l'AIM, et une moniale de l'abbaye de Venière, sœur Véronique Dupont, osb, ont développé depuis 2004 l'apprentissage d'une méthodologie pluridisciplinaire destinée à former un frère ou une sœur pour enseigner une matière déterminée dans sa propre communauté. Il ne s'agit donc pas d'enseigner une matière de cours, mais de fournir au futur enseignant les outils nécessaires pour préparer son cours, le donner, le mettre à jour, constituer une bibliographie etc… Bref, c'est une autre manière de former des formateurs dans plusieurs disciplines. Cette méthodologie peut s'appliquer à d'autres régions et continents. La visite d'un groupe de futurs formateurs chez le Roi des Mossi entouré de ses ministres au Burkina Faso ouvre la voie aux contacts avec les religions traditionnelles. Approche de la sagesse traditionnelle africaine et du Dialogue Inter religieux Monastique.

3. Le voyage organisé en Égypte

L'AIM avec le soutien de la Communauté de Bose et de son Prieur Enzo Bianchi a organisé un voyage dans les monastères coptes d'Égypte. Le F. Guido a mené ce voyage pour une trentaine de moines et de moniales de l'Afrique francophone. Ouverture aux monastères vivants de nos jours dans un contexte difficile, ouverture à la tradition des Pères du désert et du cénobitisme pacômien, ouverture œcuménique de l'Orient chrétien. Le Bulletin de l'AlM a apporté sa contribution à ce voyage par des articles de fond sur la vie et la spiritualité des moines coptes. C'est l'occasion de remercier Bose de nous donner aussi un compte rendu des sessions œcuméniques internationales qui s'y donnent chaque année en septembre.
Dans le Bulletin de l'AIM, vous trouverez aussi d'autres sujets traités en profondeur, tels les Psaumes, l'Art de gouverner, la maturation de la personne dans la vie monastique, Laïcs et moines : vers de nouveaux partenariats...

II. CONSTRUCTION ET SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT DES MONASTÈRES

Dans un deuxième volet, j'attire votre attention sur le soutien de l'AIM à la construction des monastères, à leur développement et aux initiatives prises par l'AIM. Les projets en cours à St Anselme constituent un bon exemple pour prendre conscience du coût des constructions dans le monde actuel du coût des financements des études et de la formation et du soutien indispensable de votre contribution à l'AIM dans ses activités en faveur des monastères. Quelques exemples :

1. Le Studium Jean XXIII à Vanves

Sous l'impulsion de Sœur Gisela Happ, osb, notre Secrétaire générale, l'AIM a créé à Vanves un Studium, centre d'étude pour les Bénédictines et les Cisterciennes étudiant à Paris. Le monastère des Bénédictines de Ste Bathilde a offert une aile de ses bâtiments qui a été complètement rénovée. Sept moniales ont été accueillies l'année dernière, onze arrivent pour l'année d'étude 2008-2009 et bénéficient également d'un lieu de vie monastique durant leurs études. Elles viennent de partout : le Brésil le Vietnam ; l'Éthiopie, l'Uganda, la RD Congo. La responsable est une moniale japonaise Mikaël Takahashi. La création de ce Centre apporte aussi des forces jeunes dans la vie de la communauté et participe à une nouvelle synergie. Faut-il ajouter que l'AIM cherche le financement nécessaire à ces bourses d’étude ?

2. La restructuration de l'AIM

Pour des raisons propres à la Congrégation de Ste Bathilde, l'AIM a été obligée de déménager son lieu d'hébergement des membres. Elle occupe les bâtiments situés de part et d'autre du porche d'entrée. Les travaux ont été conçus et supervisés de façon remarquable par l’inlassable Sr Gisela Happ, osb. Un bail gratuit de 15 ans est prévu et un loyer normal pour les quinze années suivantes. Ces constructions confortent notre présence à Paris.

3. Fondations et rénovations de monastère

La nouvelle fondation des Bénédictines au Tchad fut une grande aventure à tous niveaux. Après les visites répétées du Président de la Conférence épiscopale du Tchad, Mgr Van Damme à l'AIM, les Bénédictines congolaises de Lubumbashi (R D Congo) se sont proposées pour cette nouvelle fondation, mais elles n'avaient pas les montants nécessaires pour mener à bien ce projet. L'AIM a financé 28 % des constructions et actuellement ce monastère se développe bien. Vous trouverez une note complémentaire dans le dossier remis.

III FINANCES, GAGNE-PAIN, VIE DES monastères

1. Les fonds distribués

Ces quatre années, l'AIM a octroyé la somme impressionnante de 4 230 000 euros. Elle a pu aider ainsi près de 670 communautés. Les graphiques présentés vous éclairent sur les dons octroyés :

1. Sur ce premier graphique, vous pouvez constater que l'AIM aide autant les moines que les moniales et les sœurs. Celles-ci sont évidemment deux fois plus nombreuses. 51 % pour les Bénédictines ; 23,5 % pour les Bénédictins ; le dernier quart pour les Cisterciens des deux Ordres, hommes et femmes.

2. La répartition des dons par continent se présente ainsi : 45,59 % pour l'Afrique qui reçoit la plus grande part ; 34,21 % pour l’Asie ; 19, 10 % pour l'Amérique latine ; 1 % au niveau international.

3. Voici un exemple concret de ce que l'AIM a distribué en juin 2008 : 52, 73 % va à la construction et à l'aménagement des monastères Viennent ensuite les bourses d'étude, la formation, le gagne-pain, les réunions etc... Les tableaux reflétant la distribution des fonds en été 2008 soulignent l'importance accordée à la formation (32 requêtes sur 98) pour un montant de 101600 euros ; les demandes de construction de monastères vont en ordre croissant : 29 requêtes pour un montant de 1 129 53 euros (accordé : 326 700 €).

4. Voici ces mêmes montants distribués au mois de juin répartis par pays. L'Inde, le Kenya, le Brésil et de nombreux autres pays on reçu notre soutien.

5. À l’origine, les sources financières de l'AIM provenaient quasi exclusivement des monastères. Il est vrai que les Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM) nous donnaient jadis 40 000 dollars par an pour le fonctionnement du Bulletin. Cet apport a été supprimé ces dernières années. Les Monastères de France soutiennent encore le service culturel et une part du Bulletin ; les Amis des Monastères (AMTM) en France et quelques dons privés ont suivi Mais avec les difficultés économiques rencontrées en Europe et aux États-Unis, les dons diminuent et les demandes augmentent sans cesse. « Solidarité Cistercienne » nous soutient généreusement et 47 % de nos dons proviennent d'un autre organisme privé. Nous avons conscience que les dons que nous pouvons accorder reposent sur une base fragile. Aussi est-il indispensable que les monastères passent davantage par l'AIM pour les financements entre les monastères riches et pauvres, ou du moins que nous soyons avertis des dons accordés de monastère à monastère. Le service qui nous est demandé est de défendre une meilleure et une plus juste répartition des dons entre les monastères.

2. Gagne-pain

Outre la formation et la construction ou la rénovation des monastères, le gagne-pain des communautés reste une nécessité ainsi que des véhicules pour assurer le transport des produits. Il paraît fondamental que les communautés pourvoient à leur pain quotidien et que l'AIM assume uniquement les frais exceptionnels. Des communautés européennes sont face aux mêmes difficultés. De plus en plus, les activités rentables se transforment, se désorganisent par la situation économique mondiale qui ne cesse d'évoluer. Le prix des carburants et des matières premières sont des exemples actuels :
¡De la fondation de Segeya en Guinée-Conakry, le frère Stanislas Diouf, osb, Prieur, écrit : « Soucieux d'une rapide autonomie financière, nous ne ménageons pas nos efforts. L'étendue des terres exploitées fait l'admiration des visiteurs : rizières, parcelles de tomates, de piments, de gombo, de courgettes et de concombres, champs de maïs et d'arachides. Au mois d'avril 3 ans après sa fondation, nous avions récoltés 43 tonnes d'ananas. L’AIM nous a payé un camion pour le transport vers Conakry. Des voisins nous ont demandés de la semence de riz qu'ils remboursent après la récolte. Nous cherchons à acquérir une machine mélangeur-broyeur pour la fabrication des aliments des poules. L’AIM est encore là pour nous aider à être autonome ».
¡Chez les Cisterciens, à Notre-Dame de Kokoubou au Bénin, un projet de transformation de noix de karité en huile végétale ou en pommade est en cours ; une machine de concassage est nécessaire. À Bouake en Côte d'Ivoire, le monastère bénédictin est lié à un projet de conception de plateaux alvéolaires pour les œufs. Ce projet a pu se mettre en place grâce à un laïc compétent. L'apport des laïcs s'avère très utile pour les monastères. À Makkyad, chez les Sylvestrins en Inde, la construction d'un mur de soutènement autour d'une école a pu se réaliser grâce au financement apporté par une laïque.
¡À Ponta Grossa, au Brésil, une demande est parvenue à l'AIM pour l'achat de trois machines servant à la fabrication de cierges. Là encore, l'autonomie financière est recherchée.
¡Les moniales bénédictines de Campos de Jordao passent d'un travail artisanal sur des produits simples (miel, confitures, biscuits...) à une réorganisation semi-industrielle (bâtiment, stockage, comptabilité, nouvelle installation électrique). L'AIM cherche à financer ce projet qui va vers l'autonomie financière.

3. Finances et justifications des dons

Le mot aide signifiait pour les monastères qui s'adressaient à l'AIM : nous demandons- vous donnez. C'est l'image des cartes bancaires : il suffit de composer son code et de retirer l'argent 1 L'articulation demandé-recevoir, fondée sur la confiance, ne constitue pas une relation juste et vraie de nos jours. L'AIM, elle-même, a le devoir de justifier les dons qui lui sont octroyés. Les organismes qui soutiennent le développement de l'AIM, exigent une comptabilité rigoureuse et une justification des dons accordés. Il faut donc quitter la relation donner-recevoir pour entrer dans un partenariat. Celui-ci implique une connaissance mutuelle vraie, une transparence des comptes et finalement une solidarité entre les monastères. Beaucoup de malentendus et d'a priori doivent encore être dépassés. Beaucoup de monastères ne réalisent pas, ou pas encore, la pleine réalité d'un partenariat, d'une véritable alliance. C'est toute une pédagogie à développer, à commencer par la formation des cellériers et des supérieurs. L'AIM organise des sessions en ce sens.

IV. QUELQUES AUTRES ASPECTS

1. Deux questions...

Je vous pose deux questions : Combien de fondations nouvelles ont été faites de 1997 à 2007 ? Quel continent a connu le plus grand nombre de fondations ?
Cent trois ces dix dernières années : 35 en Europe, 30 en Afrique, 19 en Asie, 14 en Amérique latine et 5 en Amérique du nord à l'exception du Mexique. Peut-être êtes-vous proche de la première réponse ; par contre, les fondations en Europe posent aussi une question à l'AIM. Quel apport humain, spirituel, financier, l'AIM peut-elle apporter aux monastères de l'Europe de l'Est, en Tchéquie et ailleurs, sur les autres continents.
Un questionnaire vous est remis. Si vous pouviez le remplir aujourd'hui, ce serait une chose faite ! Merci à vous.



2. À propos des personnes collaborant avec l'AIM

Au Secrétariat de l'AIM à Vanves, Sœur Placid Dolorès, osb, de Cogon aux Philippines seconde Sr Gisela et fait partie d'un conseil pour le Studium. L'Équipe internationale, composée de membres qui visitent régulièrement les communautés sur les différents continents, s'est enrichie de deux membres : un moine brésilien né à Cuba et connaissant bien la situation des monastères dans son pays, le P. Geraldo Gonzalez y Lima, osb, travaillant au Secrétariat du P. Abbé Primat et le P. Ansgar Stuefe, osb, Procurateur de la Congrégation de Ste Odile. Nous bénéficions ainsi d'une connaissance plus concrète encore de la vie et de l'évolution des communautés à travers le monde.
Des experts laïcs, s'engageant bénévolement pour l'AIM, apportent aussi leurs concours. Grâce à eux, nous avons travaillé avec des électriciens sans frontière, des spécialistes en agronomie, nous avons bénéficié de précieux conseils techniques et économiques.
Au Conseil de l'AIM, le regretté P. Mawulawoe, Abbé de Dzogbégan au Togo, fut le premier à représenter un autre continent. L’AIM reste vigilante, attentive à inviter des moines, des moniales et des sœurs représentatives de leur continent, enrichissant notre vision et notre pratique…

3. Partenariat

La collaboration précieuse de beaucoup est fort appréciée à tous les niveaux. Le Bulletin reste un exemple merveilleux de collaboration entre les monastères. Le Bulletin en langue anglaise, française et espagnole paraît sur la même structure générale. Des éditions partielles existent en italien (revue de Noci), en allemand dans la revue « Broc und Auftrag » dirigée par le P. Abbé Albert Schmidt, osb, Président de la Congrégation de Beuron, le P. Cyrill Schaefer, osb, de Ste Odile et sœur Ruth de Tutzing y collaborent en langue portugaise, avec l'appui du P. Abbé Roberto Lopes, osb, de l'abbaye de Rio de Janeiro et du P. Marias Fonseca de Medeiros, osb, cheville ouvrière du Bulletin, un fascicule est joint à la revue brésilienne publiée par l'abbaye de Juiz de Fora.
Ces énumérations laissent deviner le travail que ce service exige : nombreuses collaborations, traductions dans ces diverses langues, relecture, recherche de photos, mise en page, éditions. Citons aussi le travail multiple des Sœurs Bénédictines d'Érie aux USA.

Il me reste à remercier vivement le P. Abbé Notker Wolf, osb, Primat, qui fait une grande confiance à l'AIM et fut toujours à l'écoute des communautés et du service qui est le nôtre.

P. Martin Neyt, osb Président de l'AIM