Chronique Ste Agathe Moundou - Tchad

Erection canonique du monastère Sainte Agathe en prieuré simple avec noviciat
11 janvier 2007, Moundou, République du Tchad

À la demande de la conférence des évêques du Tchad, les moniales bénédictines de la Reine des Apôtres sont présentes au Tchad pour l’implantation de la vie monastique depuis une année et demi. Elles sont arrivées à N’Djaména le 1er mai et à Moundou le 2 mai 2005.

Pour leur logement, les sœurs ont d’abord bénéficié de Kou Jéricho, une maison du diocèse, située à 20 km de Moundou, pendant la première année puis elles ont pu s’installer dans leur monastère Sainte Agathe dans le village de Lolo.

Nos deux jeunes sœurs Pascaline et Sylvie ayant fait leur profession perpétuelle le 5 novembre 2006, nous voilà donc en nombre suffisant (6 professes perpétuelles) pour cette érection qui a eu lieu officiellement ce 11 janvier 2007 en présence de Madre Teresa Paula, présidente de la Congrégation, Mère Eulalie, Prieure conventuelle du Monastère Saint Sauveur à Lubumbashi (RDC), monastère fondateur, sœur François-Noël de Rixensart, représentante de l’AIM et de toute la communauté de Sainte Agathe. Le monastère est maintenant érigé en prieuré simple avec noviciat.

La conférence épiscopale du Tchad avait exprimé le désir ardent de l’implantation de la vie monastique, vie contemplative, pour des objectifs bien précis, qui ont été déterminés à Moundou, le 28 novembre 2003, lors de la deuxième visite au Tchad de Mère Eulalie et de sœur Clémentine :

    - assurer une présence permanente de la vie monastique au Tchad par la prière, le recueillement dans le silence, afin d’aider et d’éduquer la population à la vie de prière, au silence dans la foi chrétienne

    - rayonner dans l’Église du Tchad, à travers la beauté de la liturgie, l’accueil et l’accompagnement spirituel. Pour ce faire, l’eucharistie sera célébrée chaque jour au sein même du monastère

    - vivre de l’agriculture et la transformation des produits locaux afin d’aider la population à améliorer le système traditionnel culturel

    - contribuer à l’évangélisation par des recherches constantes dans le domaine de la liturgie et la théologie, en vue d’inculturer le message évangélique pour l’édification de l’Église, famille de Dieu.