Projet de financement :

Construction d’un nouveau monastère

Nouvelle fondation bénédictine en Angola

 

Situation géographique

LuandaLuanda est la capitale de l’Angola en Afrique australe. La ville se situe au nord-ouest du pays sur la côte de l’océan Atlantique et bénéficie d’un climat tropical sec. Luanda est le principal centre économique du pays et concentre les activités tertiaires et industrielles. Depuis 2002, grâce à la paix civile retrouvée et à l’argent du pétrole extrait de gisements offshore situés non loin de la capitale, celle-ci connaît une croissance particulièrement importante de la construction. Le port exporte les principales productions du pays : le pétrole brut et ses dérivés raffinés à la périphérie de la ville, le minerai de fer, le café et les produits de la pêche. Les infrastructures de transport, endommagées par la guerre civile, sont en cours de reconstruction.

Lubango est une ville du sud de l’Angola et la capitale de la province de Huila. Région agricole très fertile, son économie est fondée sur l’agriculture, la production de viandes, de céréales, de tabac, de fruits et de légumes.

 

Historique

Sœur Lourdes Ecuva, de nationalité angolaise, est professe religieuse du monastère bénédictin de San Pelayo, de Saint Jacques de Compostelle, en Espagne. Elle est entrée et restée vingt-quatre ans dans cette communauté. Après un long discernement de sa part et de sa communauté, elle est partie pour l’Angola en 2011 avec le projet d’y commencer la vie monastique bénédictine.

Par manque de vocations, la communauté de Santiago ne pouvait pas prendre soin de cette fondation et a demandé l’aide de l’abbaye Saint-Scholastique de Umuoji (Nigeria). Sept sœurs nigérianes ont accepté de partir fonder avec sœur Lourdes, actuelle prieure de cette communauté, appelée Santa Maria do Camiño.

En mai 2012, les sœurs se sont installées temporairement dans une maison fournie par l’évêque, à Caxito, près de Luanda. Depuis, elles ont acquis un terrain situé dans le diocèse de Lubango.

 

FondatricesStatistiques

Huit sœurs de profession définitive : sept Nigérianes et une Angolaise.

 

Requête

La maison actuelle est située dans un quartier très bruyant, et elle est trop petite pour accueillir de nouvelles vocations ou pour ouvrir une hôtellerie.

N’ayant pu trouver un terrain approprié pour construire un nouveau monastère dans ce diocèse de Caxito, les sœurs ont décidé de se transplanter dans l’archidiocèse de Lubango, où un terrain convenable leur a été proposé. Cependant les sœurs n’ont pas les ressources économiques nécessaires pour édifier les bâtiments.

Plan2Les sœurs ont demandé l’aide de plusieurs organismes, notamment à la Conférence des évêques d’Espagne, prête à soutenir ce projet au moyen de ses fonds pour la nouvelle évangélisation. La première phase de construction n’est pas encore commencée.

Le coût total est estimé à 115 000 euros.

 

Montant souhaité : 36 400 euros

Soutenir ce projet