Extrait de l'article paru dans le livre du cinquantenaire de l'AIM « Si loin si proche »

BECOSA
Communautes bénédictines d’Afrique du Sud

Godfrey Sieber, osb

 

La présence bénédictine en Afrique du Sud date de 1906 où l’Abbé d’Affligem, Belgique, a envoyé un groupe de moines au Transvaal à l’invitation de Mgr William Miller, premier Vicaire Apostolique du Transvaal. Après avoir acheté une ferme à Magoebaskloof, les moines ont démarré leur oeuvre missionnaire dans le nord de l’Afrique du Sud. Le territoire de leur mission est devenu une Abbatia Nullius en 1939 et les bénédictins ont élu comme abbé le P. Willibrord Van Rompaey. Leur abbaye entre temps s’était transférée à une quarantaine de kilomètres, à l’est de Pietersburg et avait reçu le nom de Subiaco.

L’Abbé Willibrord intensifia le contact qui existait entre les bénédictins de Subiaco et les bénédictins missionnaires d’Inkamana qui étaient arrivés en Afrique du Sud en 1921 pour assumer une mission chez les Zoulous. L’Abbé Gernot d’Inkamana et l’Abbé Willibrord de Subiaco ont poursuivi un nouvel objectif. Ils voulaient que les différentes communautés bénédictines d’Afrique du Sud se joignent à eux pour fonder une Association Bénédictine.

Il y avait plusieurs communautés de bénédictines dans la partie sud du continent Africain. Les bénédictines missionnaires de Tutzing, Allemagne, étaient déjà arrivées en 1920, avec des fondations au Swaziland et en Namibie. Les sœurs de Tutzing ont joué un rôle prépondérant dans l’établissement des deux congrégations diocésaines de bénédictines de la Congrégation des sœurs d’Oshikuku en Namibie (fondée en 1932) et la Congrégation des sœurs de Twasana en territoire Zoulou (fondée en 1934). Les bénédictines de St. Alban, une assez petite congrégation dans l’Ordre bénédictin d’Allemagne, dont les membres sont surtout engagés dans du travail social, sont arrivées en territoire Zoulou en 1955 et ont ouvert un couvent à Eshowe. A part ces quatre congrégations de bénédictines qui ont leur origine en Allemagne ou bien ont été fondées par des sœurs allemandes, il en existe encore une fondée en 1931. On les appelle aujourd’hui les Bénédictines du Christ Roi de Polokwane.

En 1991, l’Abbé Gernot d’Inkamana et l’Abbé Williborord de Subiaco ont contacté toutes ces communautés et les ont invitées à envoyer une délégation à Inkamana pour discuter des possibilités concrètes d’une meilleure collaboration.

La première rencontre s’est tenue en mars 1992. Elle a marqué le début de BECOSA. Depuis, il y a eu chaque année des rencontres régulières.

A la 7e rencontre, qui a eu lieu à Inkamana en Février 1998, les bénédictins d’Ampleforth, qui venaient d’ouvrir une maison à Macheke, Zimbabwe, étaient représentés pour la première fois. L’année suivante, l’Ordre de la Sainte-Croix (OHC), une communauté bénédictine anglicane dont la maison mère est aux USA, a rejoint BECOSA. Leur représentant était le Fr Timothy Jolley. Avec ses confrères ils avaient fondé un monastère près de Grahamstown en 1998. Le caractère oecuménique de BECOSA a été renforcé à la 10e Réunion générale annuelle de 2001 où les sœurs du Saint-Paraclet (OHP), un couvent bénédictin de l’Eglise Anglicane à Johannesburg, a envoyé une délégation.

A ce jour, BECOSA se compose de 4 communautés masculines et de 7 communautés de bénédictines.

Utilisateurs connectés

Nous avons 73 invités et aucun membre en ligne