Célébrations autour des 900 ans de l’abbaye cistercienne de Clairvaux :

 

Session des jeunes profès cisterciens

14-24 juillet 2015 à Cîteaux

 

CiteauxComme tous les quatre ans, depuis 1998, une session de formation a regroupé 38 frères et sœurs OC et OCSO francophones et germanophones pour dix jours de travail et d’échanges. Les conférences et les échanges en plenum étaient traduits dans les deux langues, quant aux travaux de groupe, ils ont réunis les participants par groupes linguistiques. Le sujet, s’inscrivant dans les célébrations du centenaire, était : Saint Bernard : ses sources dans la Règle de saint Benoît et les fondateurs de Cîteaux, continuité et ou (?) rupture. Ce thème a été abordé par deux intervenants : sœur Michaela Pfeifer, OC de l’abbaye de Marienkron en Autriche, et Père Joël Regnard de notre communauté de Munkeby en Norvège. Les intervenants présentent ainsi les sujets traités :

Sœur Michaela, s’est attachée à montrer un Bernard amator regulae. Au dire de Jean Leclercq, saint Bernard « parle » Règle comme il « parle » Bible. Ne pouvant parcourir tous ses écrits, nous nous sommes limités à des extraits de sa Vie et à quelques-unes de ses lettres. Le premier jour traitait de L’apprentissage par Bernard de l’obéissance, le deuxième remontait à ses prédécesseurs : La Règle de saint Benoît et les cisterciens. Le troisième jour approfondissait le titre : Saint Bernard et la Règle de saint Benoît, surtout au sujet du transitus, le quatrième en explorait les applications dans le « dossier Morimond ». Bref, nous avons connu un « saint Bernard enseigné par la Règle et enseignant la Règle » tout au long de sa vie d’abbé de Clairvaux.

Avec Frère Joël, de Munkeby, nous avons abordé la question de la relation de Bernard et la tradition claravalienne avec la première génération cistercienne à partir des données historiques et des textes. La Charte de Charité est une base fondamentale pour maintenir l’unité de l’Ordre. Bernard développe des thèmes qui lui sont propres en fonction de son expérience personnelle et des besoins ecclésiaux de son temps, ils ne sont pourtant pas en rupture avec l’expérience des origines mais souvent s’y enracinent.
En conclusion, certains de ces thèmes pertinents pour nous aujourd’hui ont été repris pour être actualisés : humilité, liberté nécessaire pour aimer, le désir vrai, et se connaître vraiment… retrouver le vrai moi, à l’image de Dieu, voilà notre chemin de sainteté.

 

Utilisateurs connectés

Nous avons 45 invités et aucun membre en ligne