Compte rendu de la session des supérieures
des communautés contemplatives
de Madagascar et de l’Océan indien

Monastère de Ampibanjinana, mai 2019

Sœur Agnès Brugère, ocso,
Prieure d’Ampibanjinana

 

Notre assemblée s’est déroulée du 7 au 14 mai chez les sœurs cisterciennes d’Ampibanjinana, Fianarantsoa. Le thème de notre session, animée par le père Louis-Martin Rakotoarilala, assomptionniste et docteur en droit canonique, était : « Étude de Vultum Dei Quaerere et Cor Orans ; élaboration des statuts de notre groupe en vue de les présenter à l’approbation du Saint-Siège ».

Étaient présents :

– La Présidente : sœur Agnès, prieure des cisterciennes d’Ampibanjinana.
– Le Père Assistant du bureau : P. Jean-Chrysostome, prieur des cisterciens de Maromby.
– 2e Assistant : P. Luc-Ange, prieur des bénédictins de Mahitsy.
– Sœur Victoire, prieure du carmel de Fianarantsoa, conseillère.
– Sœur Marie-Goretti, prieure des clarisses d’Ihosy, conseillère.
– Sœur Martine, prieure des clarisses d’Ampasipotsy.
– Sœur Jeanne, prieure des bénédictines d’Ambositra.
– Sœur Marie-Berthe, prieure des bénédictines de Mananjary.
– Sœur Marie-Jeanne, prieure des bénédictines de Joffreville.
– Sœur Mireille, déléguée de sœur Magdalena, prieure du carmel de Tana, empêchée.
– Sœur Odette, prieure du carmel de Morondava.
– Sœur Carméla, prieure du carmel de Moramanga.
– Sœur Elisabeth, prieure du carmel de Tuléar.
– Sœur Ange-Daniella, déléguée de sœur Myriam, abbesse des clarisses d’Antsirabe, empêchée.

Quelques communautés dont celles de la Réunion et de l’Île Maurice n’ont pu venir cette année.

 

I- Formation

Les 8 mai, 10 mai après-midi, 11 et 12 mai nous avons écouté le père Louis-Martin nous expliquer et commenter divers passages de la Constitution apostolique Vultum Dei Quaerere et surtout de son Instruction d’application Cor Orans, sur la vie contemplative féminine, publiée le 1er avril 2018. Il a clarifié notamment un bon nombre de termes canoniques nous aidant à entrer dans la compréhension de ce document qui a force de loi pour nos monastères contemplatifs.

Nous avons lu ensemble les numéros de Cor Orans qui définissent les différentes structures de communion entre les monastères (fédération, association, congrégation et conférence) que Cor Orans, à la suite de Vultum Dei Quaerere, encourage. Nous avons pris conscience que notre association inter-monastique qui existe à Madagascar depuis 2008 est prévue dans le document au n° 9 et s’appelle : « Conférence de monastères ».

 

II- Élaboration de nos statuts

Madagascar1Avant de passer à la lecture et aux amendements de l’ébauche des statuts rédigés par le bureau, nous avons relu ensemble la lettre du Nonce apostolique son Éminence Augustin Kasujja, datée du 12 juin 2008 qui nous encourage à former cette « Union des monastères féminins ayant un assistant religieux élu par les monastères membres » et nous indique les documents à envoyer à la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique pour que cette Union soit constituée, notamment les délibérations des chapitres des monastères désirant faire partir de l’Union et une copie des statuts de l’Union.

À la fin de la session, une version révisée des statuts provisoires a été distribuée à toutes les participantes et aux Assistants de notre association qui prend désormais le nom de : « Conférence des monastères de l’Océan indien ».

Ces statuts doivent être soumis aux chapitres conventuels de chacune de nos communautés, et l’adhésion de chaque communauté doit faire l’objet d’un vote de chaque chapitre. Les résultats des votes doivent être envoyés à la Présidente afin qu’elle les fasse parvenir au Saint-Siège avec les statuts pour approbation. L’examen de ces statuts par les communautés fera peut-être surgir des demandes d’amendements : dans ce cas nous les étudierons lors de notre prochaine assemblée en 2020. Les statuts ne seront envoyés au Saint-Siège que lorsque toutes les communautés se seront exprimées.

L’élaboration et l’amendement des statuts ont fait surgir de nombreuses questions : nous avons tenté de préciser quels monastères peuvent y adhérer et les droits et obligations qu’entraîne cette adhésion. Nous avons été attentifs à la question des sorties de clôture, multipliées par les exigences de Cor Orans et qui provoquent des réticences de la part de certaines d’entre nous, avec cette question sous-jacente : notre Conférence des monastères de l’Océan indien garde-t-elle sa pertinence à l’heure où nous mettons en place les fédérations telles que nous le demande Cor Orans ?

Madagascar2Les articles 1,2, 4 et 7 veulent répondre à ces questionnements : le but de notre Conférence est de promouvoir la vie contemplative entre les monastères de la région et de favoriser la collaboration entre nous. La vie contemplative est riche de différents charismes et les formations que nous recevons ensemble nous aident à rester fidèles à notre appel et à nous soutenir mutuellement. Nous sommes peu nombreux dans une vaste région dans des Églises encore jeunes. La plupart de nos communautés sont jeunes encore et nous sentons fortement, comme prieures, le besoin de formation et d’entraide. Notre adhésion à la Conférence est aussi un témoignage de notre unité dans l’Église. L’article 2 détaille les services que rend la Conférence aux monastères qui y adhèrent.

Nous avons souligné dans l’article 7 la nécessité pour les communautés adhérentes de participer à l’assemblée des supérieures, au moins en y envoyant une déléguée si la supérieure elle-même ne peut s’y rendre, de manière à garder un lien vivant avec la Conférence. Nous avons conscience cependant que les monastères des îles de l’Océan indien, étant donnée la distance qui les sépare de Madagascar et l’impossibilité financière pour les communautés malgaches de se rendre dans les îles, n’auront pas la possibilité de se joindre à toutes les assemblées ou formation. C’est pourquoi, à l’article 7, nous leur donnons la possibilité de déléguer une moniale résidant à Madagascar pour les représenter lorsqu’elles ne pourront venir.

Il nous a semblé sage de ne pas fixer dans les statuts (art. 7) la fréquence de nos assemblées de supérieures : actuellement, nous avons un rythme de réunions annuelles, mais nous pourrions envisager de nous réunir tous les deux ans à l’avenir. Ainsi, c’est le règlement intérieur qui indiquera la fréquence de nos assemblées en fonction du choix des membres de la Conférence.

Lors de nos échanges sur les droits et les devoirs des adhérentes à la Conférence, il nous a semblé important de rappeler que la participation à l’assemblée des supérieures conditionne la participation des communautés aux autres activités proposées par la Conférence. Les formations proposées aux communautés sont facultatives mais la présence (ou la représentation) de tous les membres à l’assemblée est absolument nécessaire pour le bon fonctionnement de la Conférence.

À l’article 22, nous avons mentionné les Pères assistants de la Conférence comme étant de droit les supérieurs des bénédictins de Mahitsy et des cisterciens de Maromby qui accompagnent notre association depuis ses premières réunions. Étant eux-mêmes moines contemplatifs, ils nous semblent les plus à même de remplir cette fonction.

Nous souhaitons exprimer notre reconnaissance au père Louis-Martin qui a mis ses compétences de canoniste au service de notre Conférence pour accomplir ce travail de rédaction des statuts.

 

III- Échanges sur différents sujets et prospectives pour les années à venir

Nous avons partagé sur nos souhaits pour la formation des supérieures dans les années à venir : il nous semble important de continuer le travail sur Cor Orans car bien des points n’ont pas pu être abordés, notamment : les fondations, l’érection canonique, la formation et les moyens de communication. Nous avons donc demandé au père Louis-Martin de revenir l’an prochain pour continuer de lire avec nous Cor Orans, et aussi pour nous aider à la rédaction du règlement intérieur de notre Conférence (le Bureau rédigera encore une ébauche qui sera amendée en assemblée). De plus, si les communautés proposent d’autres amendements aux statuts nous les discuterons ensemble.

Notre prochaine assemblée se déroulera du 27 avril au lundi 4 mai 2020. Nous serons de nouveau à Fianarantsoa, pour faciliter la présence du père Louis-Martin.

Dans le but de renforcer la communion entre nous, entre les assemblées, voici quelques propositions :

– En fin d’année, à l’occasion du partage des vœux par exemple, chaque communauté pourrait communiquer à sœur Agnès les sessions ou conférences dont elle a bénéficié durant l’année, avec si possible les noms des conférenciers, afin de donner des idées aux autres. En janvier, sœur Agnès fera parvenir à l’ensemble des communautés ces informations.

– De même, lorsqu’une communauté vit un événement important, heureux ou malheureux, elle peut en faire part à sœur Agnès qui retransmettra à toutes nos communautés.

– Il y a parfois des talents dans nos communautés qui pourraient être partagés : pouvons-nous envisager une entraide mutuelle entre nous, pour le chant par exemple, ou tout autre sujet… ? Cela nécessiterait de permettre à l’une de nos sœurs d’aller passer quelques jours dans une autre communauté…

– En 2021 ou 2022 nous pourrions envisager une formation pour les jeunes professes solennelles ; quelques thèmes ont été évoqués : la consécration, la persévérance, la gestion des crises, liberté et discernement dans l’usage des moyens de communication, l’importance de la vie intérieure.

– Mère Marie-Jeanne, de Joffreville, a proposé d’envisager une session soit pour les supérieures soit pour les jeunes, à Joffreville. Ce serait en outre l’occasion d’organiser une rencontre témoignage avec les chrétiens du diocèse autour de la vie contemplative qui est très mal connue dans le Nord, encore peu christianisé. Mère Odette, du carmel de Morondava, nous partage que sa situation est semblable et désire elle aussi nous inviter. Nous sentons l’utilité de soutenir ces communautés par notre présence mais la distance et le coût des voyages est aussi à prendre en compte. Nous réalisons que Mère Marie-Jeanne et Mère Odette parcourent de grandes distances sur de mauvaises routes pour nous rejoindre chaque année…

Tous les participants ont exprimé chaleureusement leur reconnaissance à l’AIM qui nous a aidés financièrement pour cette assemblée et aussi pour la session de formation des formateurs qui aura lieu à Maromby du 19 au 26 septembre 2019 avec S. Marie-Florence, pfm, sur le thème de l’accompagnement (19-22 sept) puis Père Georges, sj, sur le thème du discernement (23-26 sept). Il y a déjà une quarantaine d’inscrits.

 

IV- Invitation pour une rencontre des contemplatives avec le Saint-Père François le 7 septembre

Nous avons beaucoup partagé aussi durant cette assemblée sur les moyens de répondre à l’invitation de la Conférence des évêques de Madagascar pour la rencontre des moniales contemplatives avec le Saint-Père, au carmel d’Ampasanimalo à Tananarive, le 7 septembre au matin.

Nous pensons être cent-trente moniales à pouvoir venir et sept postulantes, si c’est possible pour elles d’être avec nous. La rencontre avec le Saint-Père comportera un mot d’accueil de Mère Maddalena, prieure du carmel, une exhortation du Saint-Père et la prière de l’office du milieu du jour avec le Saint-Père. La liturgie est déjà préparée et validée par le Saint-Siège, nous arriverons assez tôt le matin pour répéter ensemble. L’offrande d’un cadeau est exclue du protocole ; malgré tout, nous avons fait une cotisation de 7000 ar par communauté et demandé à nos sœurs du carmel de Tuléar de réaliser une broderie (une carte de Madagascar avec la mention de chacune de nos communautés) ; les sœurs d’Ambositra prépareront une carte en bambou que nous signeront toutes sur place. Nous pourrons sans doute remettre ce cadeau au secrétaire du Saint-Père.

Merci à chacun et chacune pour sa participation active à cette rencontre de formation.